Comité Régional d'Equitation Occitanie Site Officiel Cre Occitanie

Rentrée 2020, les perspectives CRE Occitanie

creo-jacoblegrosEn effet, et pour la première fois depuis plusieurs années, nous pouvons noter un frein important à la chute du nombre de licences. Il s'agit d'un chiffre considérable de près de 60 % de perte en moins, et cela nous positionne parmi les rares régions en France ayant progressé en ce sens.

C'est pour moi et tous les acteurs du CRE Occitanie une satisfaction et une récompense pour notre engagement au service du collectif. Le nombre d'établissements affiliés reste stable, bien que certains aient mis la clé sous la porte. Ce turn-over démontre le dynamisme de notre domaine fédéral et sa persévérance à répondre à la demande toujours plus forte des Français en particulier sur le territoire d'Occitanie.

Ces bons résultats sont avant tout le fruit des efforts et de la persévérance des établissements équestres, qui n'ont pas renoncé devant les difficultés économiques, notamment dans un secteur non subventionné alors même que l'exercice d'une mission de service public leur incombe, et ils l'assument sans relâche. Le CRE Occitanie et l'ensemble des structures affiliées participent à l'accès au sport pour tous les publics et sur l'ensemble du territoire. Je le dis souvent, et je le répète à l'occasion de ces bons chiffres, notre sport est plébiscité et s'il va bien sur le plan de sa pratique, il n'en reste pas moins que c'est l'économie des structures et des professionnels qui reste en berne. Une fiscalité inadaptée et des coûts de fonctionnement de plus en plus élevés, des coûts de production difficilement répercutables sur le prix des prestations. Il y a là une menace persistante de la précarité à court, moyen et long terme pour l'ensemble de nos professionnels, sur l'emploi et l'apprentissage, mais aussi sur la pérennisation des exploitations et leur capacité d'investissement. La protection sociale et les retraites sont fragilisées.

Premier sport pratiqué par les femmes, premier employeur sportif du domaine privé, à l'évidence l'intérêt suscité par notre sport vers tous les publics, devrait inciter les élus, les pouvoirs publics et les collectivités à être attentifs à défendre et à accompagner l'ensemble de nos structures. Les centres équestres affranchissent les collectivités du poids financier d'une des disciplines sportives, de loisirs et d'évasion les plus pratiquées. Cela dans un climat social agité et en mutation permanente. L'équitation, ce n'est pas les filles d'un côté et les garçons de l'autre, mais c'est bien le sport tous ensemble sans discrimination ni sociale, ni sexiste, en club, avec l'école ou avec un handicap. La mixité de notre sport est une richesse autant que celle de partager la pratique avec le cheval sous toutes ses formes dans la diversité des disciplines incluant l'équitation de pleine nature. Cette relation au cheval c'est aussi la pérennisation du patrimoine Français et la sauvegarde des espèces. Les milieux urbains, péri urbains et ruraux sont tous concernés. La Région Occitanie accompagne fortement le haut niveau de nos disciplines équestres. Nous pouvons espérer de sa part davantage de moyens pour le développement de l'ensemble des structures au travers des financements qu'elle attribue au CRE Occitanie, qu'il mutualise au service du développement et de la promotion de l'équitation, mais surtout au service du collectif. Je remercie encore celle-ci qui reste notre partenaire financier le plus important avant le CNDS et nos sponsors et partenaires.

Ces bons chiffres s'accompagnent également de bons résultats sur le plan sportif, et cette année a permis de voir s'exprimer le savoir-faire de notre région dans les différents Championnats de France mais également dans les grands rendez-vous Internationaux. Plus que jamais, pour les disciplines sportives émergentes ou plus traditionnelles, comme pour les disciplines Olympiques, l'Occitanie se place comme une région phare de l'équitation Française. On ne parle déjà plus de fusion mais de région équestre du domaine fédéral, forte, unie et compétente et dont chacun des professionnels est une actrice ou un acteur à sa mesure dans son département.

C'est mon combat au quotidien et cette réussite de l'instant, je la partage aussi avec mon équipe du comité directeur et les commissions mais aussi avec les Présidents de Comités Départementaux, tous ces bénévoles investis à mes côtés dans ce combat du développement et de la promotion de l'équitation sur tout le territoire. Certains départements, restent en difficulté et je sais compter sur la solidarité de tous, et du CRE en particulier, pour les accompagner au plus juste et les aider à revenir, eux aussi, dans la spirale de la progression du nombre de licenciés.

Bientôt la rentrée sera là et sans doute chacun de vous s'affaire déjà pour la préparer au mieux. Je profite de ce courrier pour vous donner quelques grandes lignes pour l'année à venir et les directions nouvelles sur lesquelles nous allons concentrer nos efforts. Notre gestion du CRE O est bonne et nous continuons de bénéficier d'un budget supérieur à la simple rétrocession sur licences. C'est une force dont chacun profite par les actions que cela nous permet de porter. Bien sûr la commission la plus importante, et qui accomplira ces actions nouvelles, est la commission Vie des clubs, avec son Président Christophe Bo et votre élue au comité directeur, Martine Vignaud, référente. La commission Formation menée par Alexandra Foulquié, la Présidente, et Jean Pierre Guez, référent élu au CD, sont également concernés par ces nouveaux projets. Notre volonté est de porter nos efforts pour le maximum de structures. Les moyens seront donc mieux orientés en direction des Clubs et des enseignants. Forcément, ce qui fonctionne reste en place et continue d'être développé ou promu, je pense aux circuits sportifs en particulier sous la forme OTC, le Forum des métiers et à la formation des officiels de compétition. Cela dans le respect de nos engagements et dans la continuité des actions telles qu'annoncées. Je souhaite remercier chaleureusement Béatrice Joubert de son investissement jusqu'à ce jour pour le dressage en Occitanie, elle souhaite passer la main et prendre du recul avec la commission et elle reste un élément important du comité directeur.

L'ensemble des membres du comité directeur du CRE O est investi dans une discipline ou un secteur particulier. Ces derniers sont vos interlocuteurs privilégiés en département pour être le relais des aspirations des clubs pour lesquels nous restons sensibles et alertes. La liste de ces membres, vos représentants, est bien sûr, sur le site www.equitation-occitanie.fr .

Notre volonté reste celle de l'écoute et de la concertation. Si les budgets de nos financeurs ne nous laissent pas beaucoup de champs d'action, nous souhaitons élaborer avec tous les clubs, les produits que nous espérons facteurs de développement sur le plan de la fréquentation de nos établissements équestres et de l'augmentation du nombre de licenciés. Sur ce plan-là, des actions sont déjà menées par Pascal Foulquié, vice-président, en charge des institutions et des métropoles, et nous vous en présenterons sous peu les dispositions.

Des dates seront prochainement proposées pour participer aux « Ateliers Passion Equitation » du CRE Occitanie sur les thèmes suivants, dont vous retrouverez les grandes lignes en annexes. N'hésitez pas à participer à plusieurs Ateliers. L'événement phare 2020 sera « le Mois du Cheval et du Poney », sur ce thème, les Ateliers s'adressent plus particulièrement aux dirigeants de structures affiliées. Je rappelle aussi que la promotion est l'affaire de tous, et les correspondants locaux de Midi Libre, La dépêche et de l'Indépendant restent alertes à vos sollicitations pour communiquer sur vos animations et compétitions. Qu'il me soit d'ailleurs permis de les remercier ici de leur disponibilité.

Ce vent d'optimisme nous motive à sortir la grand-voile et nous aurons besoin de tous pour construire ensemble ces projets ambitieux et uniques en France. J'aurais également à cœur que le CRE Occitanie trouve, dans nos dirigeants et enseignants investis les plus jeunes, les moteurs de l'avenir de l'équitation en région. Leur investissement et leurs travaux les aguerriront à la tâche collective et j'aspire à ce que la relève se fasse sentir. L'Occitanie équestre a désormais démontré qu'elle sait relever les défis les plus durs. L'économie des clubs et les services qui en découlent en dépendent, mais également nos prestations sportives jusqu'au meilleur niveau.

Voici, à mi-mandat un premier bilan optimiste, favorable et des
perspectives enthousiastes et ambitieuses pour les deux prochaines années. En toute évidence, tenir une structure équestre affiliée est un bon pari pour être utile à la collectivité, mais un mauvais pari sur le plan économique. C'est la conclusion que nous pouvons en tirer, et nous nous engageons au quotidien à accompagner et défendre au mieux l'ensemble des structures car le principal danger est le risque d'augmentation prohibitif des tarifs ce qui
ne permettrait pas à au moins un tiers de nos pratiquants de continuer l'équitation. Avec toutes les répercussions que cela entrainerait et la réduction drastique des établissements affiliés, en particulier en milieu rural. Restons vigilants et gardons confiance sur les prochaines propositions de nos institutions, plus particulièrement en matière de fiscalité.

Bonne rentrée à tous, « Y a plus qu'à …. »,

Jacob Legros, Président Comité Régional Equitation Occitanie

Retrouvez ici l’intégralité du document avec les annexes